22 mai 2024
Le chocolat pour les bébés à partir de quel âge

Le chocolat pour les bébés : à partir de quel âge ?

Puisque tu es là, tu te poses sûrement la question : à partir de quel âge peut-on donner du chocolat à son bébé ? Apprécié des petits et des grands, le chocolat est synonyme de friandise, de réconfort et d’aliment doudou pour beaucoup d’entre nous. Mais sa consommation comporte des risques pour la santé des tout-petits. Il est donc important de savoir quand et comment introduire le chocolat dans l’alimentation de bébé en toute sécurité. Dans cet article, découvre les bienfaits et les risques du chocolat pour les tout-petits, afin de prendre une décision éclairée en tant que parent. Retrouve aussi des conseils pratiques pour offrir du chocolat à ton bébé sans prendre de risques. Alors, prête à découvrir tout ce qu’il faut savoir sur le chocolat pour bébé ? C’est parti !

Qu’est-ce que le chocolat ?

Les ingrédients du chocolat

Le chocolat est fabriqué à partir de pâte et de beurre de cacao, issus de la fermentation et de la torréfaction des fèves de cacao. La pâte et le beurre de cacao sont mélangés en proportion variable avec du sucre et des matières grasses pour former le chocolat. D’autres ingrédients sont parfois ajoutés : lait, fruits à coques, épices…

La diversité du chocolat : noir, au lait et blanc

Les tablettes de chocolat se déclinent en trois types : le chocolat noir, le chocolat au lait et le chocolat blanc.

  • Le chocolat noir contient entre 43 et 99% de cacao et de beurre de cacao, pas de lait, et du sucre.
  • Le chocolat au lait contient habituellement entre 25% et 40% de cacao et de beurre de cacao, du lait ou du lait en poudre et du sucre.
  • Le chocolat blanc contient du beurre de cacao uniquement, pas de cacao en poudre. Il est aussi composé de sucre et de produits laitiers (crème, lait, beurre).

Des arômes et de la lécithine de soja sont fréquemment ajoutés dans le chocolat.

Des fruits à coque sont présents dans certaines tablettes de chocolat. Les fruits à coque entiers représentent un risque d’étouffement pour les jeunes enfants ; ils sont donc à bannir.

Le chocolat décliné sous d’autres formes

Les pâtes à tartiner au chocolat sont très caloriques, composées en majorité de sucres et de graisses.

Les confiseries au chocolat, barres chocolatées, ou truffes sont elles aussi très sucrées et riches en graisses.

Sous forme de poudre, on trouve le cacao maigre et les céréales infantiles aromatisées au chocolat. Ces formes sont les plus digestes pour les tout-petits.

Les bienfaits insoupçonnés du chocolat

Le cacao est riche en flavonoïdes. Ces antioxydants puissants participent à la prévention des maladies cardiovasculaires et à la protection des cellules contre les dommages causés par les radicaux libres. Le chocolat noir est le plus riche en antioxydants.

Le chocolat est une source naturelle de magnésium, un minéral essentiel pour le bon fonctionnement du système nerveux, la régulation du sommeil et la gestion du stress.

Manger quotidiennement du chocolat affecte positivement l’humeur, mais ça c’est réservé aux parents 😉

Les dangers du chocolat pour les bébés

Les allergies au chocolat

L’allergie au cacao existe, mais elle est très rare. Le risque d’allergie lors de la consommation de chocolat est principalement lié aux autres ingrédients du chocolat : lait, soja, fruits à coques, cacahuète.

Avant de proposer du chocolat à ton bébé, il est préférable d’avoir déjà introduit dans son alimentation ces aliments allergènes.

Pour introduire un allergène majeur, il est conseillé de le proposer pendant trois jours d’affilée, puis de faire une pause de deux jours sans introduire d’autre allergène majeur. Les fruits à coques (noisette, amandes, noix…) et les cacahuètes sous leur forme entière sont interdits aux touts petits en raison du risque d’étouffement. Ajoute-les sous forme de purées d’oléagineux, de beurre de cacahuète (sans sucre ni sel ajoutés) ou réduits en poudre dans une purée ou une autre préparation pour ton bébé.

Si ton bébé est allergique aux protéines de lait de vache, évite de lui donner du chocolat, qui contient souvent des traces de lait.

Les dangers du sucre

Le risque de caries

Le cacao contient des éléments anti-cariogènes : le fluor, des tanins et du phosphate qui participent à renforcer les dents. Mais le chocolat contient du sucre, qui favorise l’apparition de caries.

Une bonne hygiène bucco-dentaire est recommandée dès l’apparition de la première dent (et pour toute la vie !). Le brossage des dents le plus important est celui du soir, sans boire de biberon ou autre aliment avant le coucher. Utilise une brosse à dents spéciale bébé et un dentifrice fluoré pour protéger les dents de bébé et éviter les caries.

Le risque de surpoids

Une alimentation trop riche en sucres dans la petite enfance augmente le risque de surpoids et d’obésité. Le PNNS recommande d’éviter les aliments trop sucrés pour les 0-3 ans et de limiter leur consommation. Le PNNS est le Programme National Nutrition Santé, édité tous les quatre ans par Santé Publique France, à retrouver sur mangerbouger.fr

Mieux vaut introduire les aliments sucrés le plus tard possible, quand bébé a déjà goûté à de nombreux aliments sains.

Des substances nocives à éviter

Les excitants

La caféine et la théobromine sont deux substances excitantes présentes dans le chocolat.

La teneur en caféine varie en fonction du type de chocolat et de sa composition. Le chocolat noir, qui contient une proportion plus élevée de cacao, a généralement une teneur en caféine plus importante que le chocolat au lait ou le chocolat blanc. Par exemple, une portion de 30 g de chocolat noir peut contenir entre 20 et 60 mg de caféine, tandis qu’une portion de chocolat au lait de la même taille peut contenir entre 5 et 20 mg.

La théobromine, un alcaloïde présent dans le cacao, est un stimulant du système nerveux central, similaire à la caféine. Sa concentration dans le cacao est plus faible que celle de la caféine. La théobromine est soupçonnée de faciliter ou aggraver un reflux gastro-œsophagien (RGO) en favorisant le relâchement du sphincter inférieur de l’œsophage.

Une consommation excessive de chocolat peut entraîner des effets indésirables tels que nervosité, insomnie, augmentation du rythme cardiaque et maux de tête. Il est important de modérer la consommation de chocolat des enfants, en particulier dans les heures précédant le coucher.

Les métaux lourds

Le chocolat peut contenir des traces de métaux lourds, tels que le plomb, le cadmium et le nickel. Ces métaux lourds proviennent de la contamination des sols où les cacaoyers poussent, ainsi que des processus de production du chocolat.

Les concentrations de métaux lourds dans le chocolat sont généralement faibles, mais une consommation excessive et régulière de chocolat peut entraîner une accumulation de ces substances toxiques dans l’organisme. Les métaux lourds sont préoccupants pour la santé humaine, car ils peuvent provoquer des problèmes neurologiques, rénaux et osseux à long terme.

Le Haut Conseil de la Santé Publique et l‘Agence Nationale de Sécurité sanitaire (ANSES) conseillent de limiter la consommation de chocolat des enfants 0 à 3 ans en raison de sa teneur en nickel, en privilégiant des aliments variés et équilibrés pour réduire l’exposition aux métaux lourds.

Le chocolat pour les bébés : à partir de quel âge ?

Avant 6 mois : pas de chocolat

Jusqu’à 4 mois, le lait est l’unique aliment dont un bébé a besoin. La diversification alimentaire débute entre 4 et 6 mois avec une variété de nouveaux aliments sains. Bébé découvre les légumes et les fruits avec des purées lisses et des compotes : butternut, carotte, brocolis, pomme, poire… Les protéines animales sont ensuite introduites, ainsi que les céréales, les féculents et les produits laitiers. Il est important que bébé développe son palais avec des saveurs simples et apprécie les aliments qui apportent les nutriments nécessaires à sa croissance.

À partir de 6 mois : le chocolat en poudre

Quand la diversification a bien démarré, il est possible d’introduire le cacao dans l’alimentation de bébé après six mois. Le chocolat est essentiellement un aliment plaisir, au goût unique mais sans apport nutritif essentiel. Le cacao maigre est la forme de chocolat la plus adaptée à un jeune enfant. Il contient peu de matières grasses et de sucre, ce qui le rend plus digeste pour bébé. Il suffit de saupoudrer une préparation pour bébé de cacao maigre pour l’aromatiser d’un bon goût de chocolat.

Pour faire goûter le chocolat à bébé, voici quelques idées avec du cacao maigre :

  • compote de pomme-poire et cacao,
  • yaourt à la grecque au cacao,
  • biberon de lait infantile au cacao.

Les céréales pour bébé au chocolat sont prêtes à être utilisées dans un biberon de lait infantile, en suivant le dosage indiqué sur le boite.

Le chocolat n’a pas besoin de faire partie du quotidien des repas de bébé.

Le chocolat en tablette et autres produits au chocolat : à limiter

En tant que produit sucré, le chocolat fait partie des aliments à introduire le plus tard possible et à limiter.

Le PNNS recommande une introduction la plus tardive possible pour tous les aliments sucrés, et de limiter leur consommation : chocolat, confiseries, ketchup, glaces, crèmes desserts…

Les chocolats en tablettes, pâtes à tartiner, gâteaux chocolatés, confiseries et bonbons au chocolat sont donc à éviter. Mieux vaut les réserver à des fêtes ou une occasion particulière.

Pour prévenir tout risque d’étouffement, les formes rondes, petites et dures sont à bannir de l’alimentation des tout-petits.

Proposer des alternatives saines et gourmandes pour remplacer le chocolat

Folie de fruits

Naturellement sucrés et aux goûts variés, les fruits sont une alternative saine pour éviter le chocolat.

Les fruits se déclinent à l’infini :

  • en compote dès 4 à 6 mois, en variant les plaisirs au fil des saisons ;
  • frais et mixé en crupote, pour profiter de toutes leurs vitamines dès 6 mois ;
  • frais, coupés en quartiers dans la longueur et à déguster du bout des doigts quand bébé est capable de manger seul ;
  • rôtis au four pour un goûter gourmand ;
  • mélangés dans un fromage blanc ou un yaourt nature,
  • dans un gâteau pour apporter une touche sucrée sans ajouter de sucre.

La valse des produits laitiers

Les produits laitiers se présentent sous de nombreuses formes, aux goûts et aux textures variés : yaourt nature, yaourt à la grecque, petit-suisse, fromage blanc…

Pour un goûter équilibré, propose un produit laitier, accompagné de pain et d’un fruit (en compote pour les plus petits). Pour les moins de un an, le lait reste l’aliment principal, donc un biberon ou une tétée sont parfaits pour le goûter.

Jouer avec les épices

Pour varier encore plus les saveurs et éveiller le palais de bébé, les épices douces s’invitent dans ses plats. Elles apportent de la saveur et stimulent l’appétit de bébé quand celui-ci se lasse de ses repas.

Voici quelques épices douces à utiliser dans les plats de bébé :

  • la cannelle,
  • la vanille,
  • la cardamome,
  • l’anis étoilé.

Ces épices douces et aromatiques parfument délicatement les préparations pour bébé : compote, yaourt, biscuits maison, ou biberon de lait infantile.

7 conseils pour introduire sereinement le chocolat

  1. Attendre au moins l’âge de six mois avant d’introduire le chocolat sous forme de cacao ou de céréales au chocolat, et le plus tard possible pour les autres formes.
  2. Commencer par une petite quantité, comme tous les aliments nouveaux, pour vérifier que bébé le tolère bien.
  3. Introduire au préalable les allergènes potentiellement présents dans le chocolat : lait, soja, fruits à coque.
  4. Utiliser un chocolat de qualité, bio et équitable si possible.
  5. Éviter les formes de chocolat présentant des risques d’étouffement : petit, rond et dur, et notamment les chocolats avec des noisettes ou des amandes entières.
  6. Limiter la consommation de chocolat, particulièrement avant le coucher.
  7. Réserver le chocolat pour les fêtes ou occasions particulières.

En conclusion, bien que le chocolat soit une délicieuse gourmandise, mieux vaut débuter sa consommation le plus tard possible et toujours avec modération. 😉

La poudre de cacao maigre est une alternative plus saine que le chocolat en tablette, à proposer de temps en temps pour régaler les papilles de bébé. Le cacao maigre et les poudres pour bébé au cacao peuvent être proposés à partir de 6 mois.

En cas de doute sur l’alimentation de ton enfant, demande conseil au pédiatre ou au médecin le suit.

2 réflexions sur « Le chocolat pour les bébés : à partir de quel âge ? »

  1. Un article plein d’informations essentielles. Je trouve dommage d’habituer les enfants de 6 mois au chocolat en poudre! Même les produits infantiles préparés contiennent déjà le cacao! L’enfant aura tout le temps de le découvrir!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *