Tirer son lait au travail : loi, tire-lait, astuces, témoignage

Tirer son lait au travail : loi, tire-lait, astuces, témoignage

Tu as envie de continuer à allaiter après ta reprise du travail ? Tu veux que ton bébé profite encore de ton lait maternel ? Voici comment tirer son lait au travail.

Loi et allaitement au travail

En France

Le Code du travail prévoit des dispositions particulières à l’allaitement dans la section Maternité, paternité, adoption et éducation des enfants.

Article L1225-30 : Pendant une année à compter du jour de la naissance, la salariée allaitant son enfant dispose à cet effet d’une heure par jour durant les heures de travail.
Article L1225-31 : La salariée peut allaiter son enfant dans l’établissement.
Article L1225-32 : Tout employeur employant plus de cent salariées peut être mis en demeure d’installer dans son établissement ou à proximité des locaux dédiés à l’allaitement.

Source : Code du travail sur legifrance.

Les mamans françaises peuvent tirer leur lait durant une pause d’allaitement d’une heure par jour. Cette heure n’est pas rémunérée.

La mise à disposition d’un local n’est obligatoire que pour les entreprises de plus de 100 salariées.

Pour les fonctionnaires, en l’absence de loi spécifique, c’est le Code du travail qui s’applique, d’après la juriste Martine Herzog Evans, autorisant donc cette heure d’allaitement. En raison des nécessités de service, de nombreuses fonctionnaires se voient malheureusement refuser ce droit, particulièrement les enseignantes. Il faut parfois négocier cette heure avec des collègues plus ou moins compréhensifs.

En Suisse

La loi sur le travail oblige les employés à accorder du temps libre aux salariées pour l’allaitement, jusqu’au premier anniversaire de l’enfant :

  • minimum 30 minutes pour une journée de travail jusqu’à 4 heures ;
  • minimum 60 minutes pour une journée de travail de 4 à 7 heures ;
  • minimum 90 minutes pour une journée de travail de plus de 7 heures ;

Ces temps d’allaitement sont rémunérés depuis le 1er juin 2014.

En Belgique

La loi prévoit que la travailleuse a le droit de suspendre son contrat de travail pour allaiter son enfant ou tirer son lait, jusqu’au neuvième mois de l’enfant :

  • avec une pause de 30 minutes pour une journée de travail de 4 à 7 h 30,
  • avec deux pauses de 30 minutes pour une journée de travail de plus de 7 h 30.

Ces pauses ne sont pas rémunérées par l’employeur, mais donnent lieu à une indemnisation par l’assurance maladie-invalidité.

Tout employeur belge est tenu de mettre à disposition des femmes enceintes ou allaitantes un espace discret, bien aéré, bien éclairé, propre et convenablement chauffé, où il est possible de se reposer en position allongée dans des conditions appropriées. Les mamans belges peuvent utiliser cet espace pour tirer leur lait ou convenir d’un autre endroit avec leur employeur.

Au Canada

La loi ne prévoit aucune disposition accordant aux travailleuses le droit à des pauses d’allaitement.

Quel tire-lait pour tirer au travail ?

Le temps est compté sur le lieu de travail. On mise sur l’efficacité !

Le double pompage

Le double pompage est :

  • plus rapide : le tirage du lait s’effectue simultanément sur les deux seins,
  • plus efficace : la stimulation des deux seins en même temps augmente la quantité de lait maternel tiré.

Électrique

Sur batterie ou sur secteur, le tire-lait électrique est incontournable : moins fatigant qu’un tire-lait manuel et plus efficace.

La possibilité de se brancher sur une prise électrique ou non conditionne la nécessité d’une batterie.

Louer un tire-lait électrique double pompage

Avec une ordonnance d’un médecin ou d’une sage-femme, la location du tire-lait est remboursée en France. Le tire-lait se loue à la pharmacie ou sur internet sur des sites spécialisés : Suckle ou Grandir Nature. Ces sites ont un large choix de tire-lait et conseillent les mamans dans leur choix du tire-lait le plus adapté à leur usage. 

Les accessoires pour tirer au travail

Ces accessoires facilitent l’utilisation du tire-lait au travail :

  • plusieurs biberons : pour faciliter le stockage, éviter les transvasements, gagner du temps ;
  • un sac isotherme et des pains de glace : pour garder le lait maternel au froid pendant le transport ;
  • un sac plastique à zip : pour ranger les téterelles au frigo et éviter de les nettoyer à chaque tirage ;
  • un soutien-gorge mains libres : pour ne pas avoir à tenir les téterelles en permanence, pas sexy, mais bien utile. : p

Quelles quantités dois-tu tirer ?

Tu peux tirer toute la dose quotidienne de ton bébé ou seulement une partie.

Si bébé réclame plus de lait que ce que tu tires, complète avec un lait artificiel ou des solides si bébé est diversifié.

Pour débuter la diversification, essaie une purée d’épinards ou une compote de pomme.

Un bébé de 1 à 6 mois boit de 800 mL à 1L de lait par 24 heures.

De 6 à 12 mois, un bébé boit 500 mL de lait par 24 heures.

C’est compliqué au départ de savoir combien bébé va boire pendant sa journée de garde. Il vaut mieux prévoir de petits biberons, et laisser un stock de lait à la personne qui garde bébé si celui-ci réclame plus. Bébé continue en général à téter le matin, le soir et la nuit. Il boit souvent au moins la moitié de sa ration journalière au sein.

Après 1 an, tirer son lait devient plus difficile. 

Mes astuces pour tirer plus

Je partage avec toi les astuces qui m’ont aidé à tirer mon lait au travail :

  • limiter le stress des quantités en stockant du lait maternel au congélateur, avant la reprise du travail ;
  • tirer souvent : des séances courtes de 10-15 minutes avec le tire-lait, 3 fois par jour, sont plus efficaces qu’une heure une seule fois dans la journée ;
  • bien vérifier la taille des téterelles : avec des téterelles trop larges ou trop étroites, la stimulation est moins bonne ;
  • ne pas regarder le lait ! La quantité tirée est toujours source de stress, qui bloque le réflexe d’éjection. Profite du tirage pour faire une pause : regarde des photos de ton bébé, ou des vidéos marrantes sur Youtube.

Et à la maison ?

Au retour du travail, bébé se précipite sur maman pour sa tétée de retrouvailles, un moment de pur bonheur après une journée de séparation.

Continue l’allaitement à la demande quand tu es avec ton bébé pour maintenir la lactation. C’est open bar avec maman !

Tirer son lait au travail : mon témoignage

Je me suis renseignée, dès que j’ai découvert l’allaitement, sur les possibilités d’allaiter en travaillant. Ma principale interrogation sur l’allaitement était : est-ce que je pourrais continuer à allaiter en travaillant. La réponse fut oui ! 🙂

J’ai repris le travail à la fin du congé maternité pour mes deux enfants. Je voulais absolument continuer à allaiter, conserver ce moment particulier entre nous, voir mon bébé grandir avec mon lait. J’étais fière d’avoir passé les trois premiers mois et tous les pics de croissance. Je ne comptais pas en rester là. 

Savoir que Gab, puis Chacha, buvaient mon lait en mon absence m’a aidé à les laisser à leur assistante maternelle. La séparation à trois mois, c’est quand même dur ! 

J’ai commencé à constituer un petit stock de lait pendant mon congé maternité. Je tirais de temps en temps de petites quantités de lait. Gab ne tétait que d’un côté la nuit. Alors je tirais souvent l’autre sein au réveil, avec un tire-lait manuel, pour congeler du lait et constituer ma réserve. 

Mes premières expériences avec le tire-lait électrique ont été… catastrophiques. Mon tire-lait, loué en pharmacie, était lourd, bruyant et légèrement douloureux. J’ai changé de tire-lait en le louant chez Suckle et là, miracle ! Je tirais plus, plus vite, sans douleur et sans bruit ou presque. Le Symphony de Medela m’a accompagné pendant plus d’un an au travail. 

Tirer son lait au travail
Voilà à quoi ressemblaient mes pauses tirages, des heures en tête à tête avec le Symphony. 🙂

J’ai repris le travail assez détendue car je savais que j’avais un peu d’avance de lait maternel. Au travail, j’ai tiré pendant des mois trois fois par jour : vers 10 h 30, 13 h et 16 h 30. J’ai progressivement réduit le nombre de tirages : mes seins supportaient de plus longues périodes sans fuir et je tirais plus en une seule fois.

Je tirais la dose quotidienne de Gab et Chacha, souvent même un peu plus. Ni l’un ni l’autre n’étaient de grands buveurs de biberons.

Rappel sur la confusion sein-tétine : le risque de confusion existe à tout âge. L’utilisation du biberon et des sucettes risque d’influencer négativement la lactation.

J’ai tiré mon lait jusqu’aux 14 mois de Gab. Je lui préparais des flans de lait maternel pour compenser la faible quantité de lait bue. Avec Chacha, j’ai tiré jusqu’à ses 8 mois. J’en ai eu marre plus vite. Gérer deux enfants est plus compliqué que gérer un seul enfant. 😉

Je vais être honnête : tirer mon lait et travailler était fatigant et demandait une organisation sans faille, mais je le referai sans hésiter.

Partage cet article avec une maman allaitante qui travaille.

tirer son lait au travail
Épingle-moi.
Partager l'article :
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  • 1
  •  

2 thoughts on “Tirer son lait au travail : loi, tire-lait, astuces, témoignage

    1. Hello Axelle,
      Oui Chacha mangeait des yaourts chez l’assistante maternelle quand j’ai arrêté de tirer. J’ai fait des yaourts maison pendant quelques mois ensuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *